top of page
  • Photo du rédacteurCharl'Hot

billet de coeur … la vie de couple

Il y a dans la vie de couple des étapes … 6 mois … 3 ans … 7 ans ..

Existent-elles dans une relation avec une ville ? Est-ce que de la même manière, la relation que vous avez tissé avec votre ville d’adoption passe par ces caps aussi et peut aller jusqu’à la séparation ?

Je n’ai jamais caché mon mal-être à vivre dans cette ville qui n’est pas la mienne, à ne jamais me laisser surprendre, à ne jamais prendre du plaisir à boire un verre en terrasse. A ne jamais m’y faire de ne pas avoir un bonjour quand on rentre dans une boutique ou quand on laisse traverser quelqu’un. A me dire qu’on est trop loin de la montagne et trop proche de la mer pour toujours trouver une excuse pour ne pas y aller !

Alors je pose la question, suis-je à un cap de ma vie de couple avec Poitiers ?

Dans une relation les 6 premiers mois sont synonymes de découverte, de folies. Les nanas restent maquillées jour et nuit, l’haleine toujours fraîche, des talons de 15 cm et pas un poil sur les jambes. Les hommes quant à eux nous invitent au restaurant, sont encore ravis de rencontrer leur belle mère et pensent toujours que nos pets font des paillettes !


Avec Poitiers ça a été la même chose, il y a eu une phase de découverte… La place Notre Dame le samedi matin … il y a avait toujours du soleil, ça sentait bon … Les courronneries le dimanche matin, on pouvait y aller à pied c’était top.

Il y a eu la découverte de restos qui m’ont plu tout de suite : le Rez De Chaussé, la Gazette, le Caribou, l’Instant Comptoir , la fine Mouche

Il y a eu la découverte de la bibliothèque, du palais de justice, de la Madone …

C’était beau ! J’ai adoré me promener dans ces rues, découvrir ces endroits. Y passer du temps, boire un verre en terrasse, flemmarder au soleil à Blossac, passer des heures à imaginer la vie des habitants qui descendent la Grand’Rue depuis la Madone. Me balader dans les abords 


Et puis … le temps a passé … Poitiers m’a donné moins envie … Les boutiques qui ferment, les restaurants qui mettent la clé sous la porte, les boutiques qui sont plus petites qu’à Lyon, les transports qui ne vous donnent que peu de possibilité, la vie qui se concentre sur l’hyper-centre et encore … uniquement lorsqu’il y a les étudiants.

Le temps passe pour la ville … mais pour nous aussi … lorsqu’on vieillit on fait des choses de grands … on rencontre des problèmes de grands ! La Madone m’a vu pleurer plus d’une fois … Les décès, le travail, la maladie, les frustrations, le couple … tout y est passé ! La peur constante d’être trop loin ! Trop loin des gens qu’on aime, de ne pas pouvoir les épauler lorsqu’ils vont mal, ne pas pouvoir participer aux moments bons de la vie … et puis soyons honnêtes, se dire aussi que eux aussi sont trop loin de nous quand on en a besoin …

Comme dans une relation de couple, les deux protagonistes ont fait des efforts … Il y a eu les ballades à l’improviste au hasard d’une rue, les festivals et autres événements place de la mairie, les magasins, les Disney au CGR. Et puis de mon côté, je me suis laissée tenter … Aller boire un verre le soir, accepter de faire des rencontres « autres » que celles de mon quotidien. Me dire que c’est peut-être moi qui verrouille la porte…


Mais le temps a passé, le désamour a grandi et aujourd’hui … le divorce et la distance ne sont plus que les seules solutions…


Mais, il y a eu cette petite étincelle … elle a eu lieu le 7 mai. Quelque part dans la campagne forezienne, lors d’une soirée. Une soirée où les amis et la famille étaient réunis pour moi ! 30 ans … le bel âge dirait ma Grand-Mère ! L’âge où on commence à être plus vieux mais où le simple fait de vous parler de Bambi, Boumbo, Barbie ou Denver vous fait redevenir une petite fille ! L’âge où on se rend compte que nos amis et notre famille ne sont plus tout à fait au complet, où nos amis ne sont plus célibataires mais à 2, voire même 3 ou 4 ! Où les membres de notre famille ont pris des chemins différents, des choix de vie comme on dit.

Et pourtant … Pourtant ils étaient (quasi) tous là ! Autour de moi … A prouver que malgré la distance, les difficultés, les engueulades ils étaient prêts, à de douces folies … chansons, danses, vidéos tout y est passé … Et moi au milieu de tout ça une seule envie … les emmener tous avec moi à Poitiers.





Le retour à la réalité a été brutal et douloureux … JE NE RESTERAIS PAS A POITIERS. Je veux tout quitter et rentrer CHEZ MOI ! Mais c’est où chez moi ? à Lille ? à Lyon ? à Sainté ? à Roche ? à Bourgoin ? à Grenoble ? à Hong Kong ? à Mailly le Camp ? … C’est où ?

Les questions vont bon train et le désir de tout plaquer ne fait qu’augmenter de jour en jour …

Puis … une rencontre, une seconde, un groupe … de jeunes actifs … et des perspectives qui s’ouvrent ! Des réunions autour d’un verre ou d’un bon repas. Des idées, des échanges, des projets …

Mais que vois-je ???? Un soupçon de sourire …


Et puis ça m’a cueillit … Comme ça un soir, lors de l’une de ces soirées… Un élan ! Comme une impression d’être au bon endroit, au bon moment ! Un sentiment bizarre de satisfaction et de bonheur ! Écouter, Regarder et Apprécier ces gens autour de moi qui parlent de Poitiers en bien, et de cette soirée en un événement à ne pas louper !

Et là tout se déclenche, des tas de questions … est ce que finalement c’est la ville qui pose problème ? est ce que c’est les gens que je fréquente ? est ce que je me suis bloquée sur LA ville dont je rêve ? est ce que c’est le boulot ? est ce que c’est la vie tout simplement ?

Je m’abstiendrais de vous faire part de toutes ces questions qui ne regardent que moi … et moi ! Mais je suis contente de voir que oui … une relation avec une ville est comme une histoire de couple … ça s’entretient … avec le(s) bon(s) partenaire(s) !


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page